indications et contre-indications


Le YOGA DERVICHE rassemble de très nombreuses pratiques, dont on peut comprendre l’importance pour l’arsenal thérapeutique aussi bien au niveau physique que psychologique. La diversité des exercices permet une adaptation individuelle extrêmement souple au vu des indications et contre-indications éventuelles.


Dans tous les cas, les indications et contre-indications doivent être posées de façon à utiliser les exercices d’une manière préventive, curative ou palliative selon la particularité de chaque pratiquant et la spécificité de la maladie.


  • Pathologies ostéo-articulaires (lombalgie, dorsalgie, rhumatismes…) en tenant compte des précautions et contre-indications éventuelles.
  • Pathologies cardio-vasculaires (troubles veineux et artériels, troubles du rythme, hypertension).
  • Pathologies nerveuses et troubles du comportement : nervosité, spasmophilie, anxiété, angoisse, dépression, manque de concentration…
  • Pathologies ORL et respiratoires : divers troubles tendant à la chronicité (rhinites, allergies, asthme…).
  • Pathologies gynécologiques et obstétriques, en particulier les dysfonctionnements hormonaux.
  • Certains exercices peuvent aussi être utilisés dans le cadre de la préparation à l’accouchement.
  • Pathologies digestives, en particulier tous les troubles à composante psychosomatique, de l’ulcère aux gastrites, entérocolites, colopathies…
  • Pathologies plus lourdes (cancérologie et troubles de l’immunité) : dans ce cas, le YOGA DERVICHE est utilisée comme traitement accompagnant ou adjuvant.


le YOGA DERVICHE considéré comme un ensemble de techniques hautement efficaces du point de vue psychosomatique, a cependant certaines contre-indications :

  • épilepsie,
  • maladie de Parkinson,
  • syndrome de Ménière,
  • certaines pathologies cardiaques, circulatoires, rhumatismales et infectieuses,
  • certaines pathologies psychiatriques.


Dans tous ces cas, l’autorisation préalable du médecin traitant est nécessaire. Certains exercices pourront être pratiqués, d’autres devront absolument être évités.


Les contre-indications ponctuelles sont : la grossesse avancée, une "attaque" cardiaque récente, une intervention chirurgicale au cours des six derniers mois.